Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
catho-maladie-handicap.overblog.com

CADEAU !

14 Septembre 2015 , Rédigé par surlesroutesdeladoc.over-blog.fr

Sur la Croix c'est tout ton Amour que tu me donnes... Tu me dis, "c'est pour toi que je suis là" !

et puis comme si ton cadeau n'était pas complet, tu me donnes Marie comme mère.

Toi, sur la croix, elle ,face à ta souffrance et portant la sienne, celle d'une mère, c'est là, dans votre douleur que tu me donnes tout ce que tu es et tout ce que tu as.

Merci, Seigneur de m'aimer autant, de me montrer que même dans la souffrance nous pouvons être don de soi

Merci Marie, d'avoir accepter malgré ta souffrance de nous montrer que celle-ci peut répondre OUI à ton Fils. 

CADEAU !
Lire la suite

QUEL SENS A MA VIE DESORMAIS ?

6 Septembre 2015 , Rédigé par surlesroutesdeladoc.over-blog.fr

Homélie pour l’Assomption de Notre Dame – 2015 Luc 1, 39-56  

(Père Jean-Marc,  Abbé de l'Abbaye d'Acey - Jura)

 

Veuillez me pardonner les couleurs sombres de cette homélie alors que cette fête de Marie est toute de lumière et de joie.

L’épreuve de santé qui atteint gravement notre F. Daniel a fait remonter en ma mémoire une rencontre qui m’avait beaucoup impressionné. Une femme, que j’avais connue en pleine force de l'âge et étonnement active, voici que je la retrouvais gravement atteinte d'un cancer détecté trop tardivement et qui ne lui laissait guère d'illusions quant à ses chances de guérison. Tout avait alors basculé pour elle. Et depuis lors, traitements et hospitalisations provoquaient chez elle, avec de grandes souffrances et une profonde fatigue, un état dépressif et une solitude angoissante. Son corps, qui n'en pouvait plus trahissait d'ailleurs les ravages du mal.

Et voilà que cette femme, en plein désarroi, me demanda : « Quel sens je vais encore pouvoir donner à ma vie ? »

Quel sens ?… puisque la maladie, si brusquement survenue, mettait en cause tout ce qui la faisait vivre, agir, lutter : ses enfants, sa vie professionnelle, ses engagements, ses relations, sa passion de la musique et de la peinture, les voyages… Tout paraissait désormais incertain, éphémère, sans saveur.

Dans de telles circonstances, que pouvais-je dire ? Les paroles de consolation ou d’encouragement ne pouvaient être que dérisoires… ou blessantes. Et cependant restait la question : « Quel sens maintenant donner à ma vie ? »

Tant que tout va bien et que la santé est bonne on ne se pose guère une telle question. On vit, on agit, on lutte, on se donne… Mais le jour où la maladie grave, les échecs, la vieillesse portent atteinte à notre intégrité et à nos projets, alors on s'interroge, on doute, on angoisse : « Que vais-je devenir ? »

« Quel sens je vais encore pouvoir donner à ma vie ? » En réalité, nous sommes bien incapables de donner, par nous-mêmes, sens à notre vie. Nous lui donnons de l'intérêt, de la valeur. Mais le sens, lui, vient de Dieu, Source de notre être et de toute vie. Comme le dira St Paul aux Athéniens : « C'est en Lui que nous avons la vie, le mouvement et l'être. » (Ac 17, 28)

Vous savez qu'en français le mot « sens » peut être entendu de deux manières :

- soit en tant que signification (“qu’est-ce que cela veut dire ?”).

- soit comme direction à prendre (“de quel côté faut-il aller ?”)

C'est ici que la Vierge Marie, que nous célébrons en ce jour, me paraît avoir un rôle providentiel. Marie est celle qui nous indique la bonne direction… pour ne pas nous tromper dans notre marche. Elle est aussi celle qui nous révèle la signification, la valeur de notre existence.

Marie, la Mère du Sauveur, la première des sauvés, notre sœur, une femme bien de chez nous, nous précède sur le chemin du Royaume et nous montre que la voie qu’elle a suivi, c’est-à-dire sa disponibilité joyeuse, oublieuse d’elle-même, à la volonté de son Dieu : « Qu’il me soit fait selon ta parole. », est une voie de bonheur. Nous pouvons donc la suivre et faire de même.

Marie, par son Assomption (c'est-à-dire son entrée dans la gloire de Dieu), nous manifeste que notre existence, tout autant que la sienne, est orientée vers la plénitude de l'amour et de la joie. Ce ne sont pas les drames et les souffrances de l'existence qui peuvent porter atteinte à cette trajectoire de nos vies ! Si Marie, dont un glaive de douleur transperça le cœur, a su ce qu'était la souffrance la plus extrême, elle a aussi connu l'allégresse dans sa plénitude. Il en va de même pour nous.

Frères et sœurs, cette fête nous permet d’affirmer avec force que nos vies souvent douloureuses, lourdes d'épreuves et de déceptions, sont pourtant riches de sens. Elles ont une valeur infinie. Oh non pas par elles-mêmes, mais parce que Dieu les enrichit de sa présence, les revêt de sa beauté. Elles sont porteuses de la vie du Christ Jésus, transfigurées par son Esprit-Saint. Avec Marie, nous pouvons, nous devons nous émerveiller et rendre grâces : « Le Puissant fit pour moi (fit pour nous) des merveilles. Saint est son Nom. »

« Quel sens a ma vie désormais ? » S'il n'y avait pas eu la souffrance et le désarroi de cette femme, je lui aurais répondu : « Votre vie, malgré la défiguration de la maladie et de la souffrance, n’a en rien perdu de son sens et de sa valeur. Au contraire !... Maintenant que vous ne pouvez plus jouer un personnage, votre véritable identité peut venir au jour : vous êtes aimée de Dieu. Aimée pour ce que vous êtes, non pour ce que vous faites. »

« Quel sens a ma vie désormais ? » Celui qu'elle a toujours eu, mais que notre agitation et nos soucis nous empêchent le plus souvent de voir. Notre vie (car cette question nous concerne tous), est belle et bonne parce qu'elle est le fruit de l'amour et du désir de Dieu. Dieu-Amour qui n’attend et n’exige rien de nous, sinon que nous le laissions nous aimer et conduire nos vies à leur plénitude de beauté et de joie.

Si un tel programme nous laisse déconcertés et si nous ne savons pas comment nous y prendre, contemplons Marie telle que les Evangiles nous la présente, et prions-la. Car Marie n’est pas seulement la femme au destin unique et exceptionnel choisie pour être la mère du Sauveur. Elle est aussi la figure, l’icône de l'Église, en qui nous pouvons découvrir notre propre vocation et notre destinée. Les portes du Royaume qui s’ouvrent aujourd’hui pour accueillir Marie, s’ouvrent aussi pour nous ses enfants, tous membres du Corps du Christ.

Il est bon de nous souvenir ici que c'est dans l'ordinaire de la vie de Marie qu'est advenu l'extraordinaire de l'action de Dieu. Il en va de même pour nous. Dans la banalité de nos existences advient l'extraordinaire de la grâce. Notre existence, à travers l'ordinaire de nos activités, de nos engagements, de nos rencontres, est illuminée par la présence du Christ. Une présence qui nous établit dans la paix du cœur et que, dès cette vie, nous sommes appelés à rayonner et à transmettre.

http://acey.eglisejura.com

 

QUEL SENS A MA VIE DESORMAIS ?
Lire la suite